Vintages - Ces facteurs qui façonnent les vins que nous aimons

Soleil, sols et altitude

Ces facteurs qui façonnent les vins que nous aimons 
(Temps de lecture : 6 min)

Élémentaire, mon cher! Apprenez à quel point l’altitude, les vents, la topographie et la nature des sols poussent la vigne dans ses derniers retranchements pour produire les vins uniques que vous aimez tant. 

Les vinificateurs peuvent bien avoir le dernier mot sur la nature de leurs vins – les choix qu’ils font au vignoble et dans la vinerie dictant dans une large mesure leur personnalité – mais pas avant que dame Nature ait dit son dernier mot. Dans cet article, nous nous penchons sur quatre grands facteurs dont l’interaction complexe forge la personnalité et la qualité d’un vin dans chacune des régions vinicoles du monde.

Haut et sec

L’altitude offre aux viticulteurs trois grands avantages : des températures plus fraîches, une moindre variation diurne des températures et un excellent drainage.

Pour chaque tranche de 100 mètres d’élévation au-dessus du niveau de la mer, la température chute d’environ 1,2 °C, c’est pourquoi l’altitude est un facteur déterminant dans la culture du raisin. En très haute altitude – en Argentine, par exemple – les rayons du soleil sont plus intenses; les températures sont plus basses, mais l’effet du soleil sur la photosynthèse est plus important. Ce gradient de température associé aux nuits froides ralentit le mûrissement du raisin et préserve l’acidité naturelle du raisin. C’est pourquoi les vins faits à partir de raisins cultivés en altitude ont tendance à être plus relevés et frais que ceux faits à partir du même cépage à des altitudes moins élevées. Le drainage pour sa part donne une difficulté supplémentaire au raisin, qui doit puiser l’eau plus profondément. Il en résulte des vins aux saveurs plus concentrées et qui expriment avec plus de précision des nuances du terroir.

 

L’effet courant

La proximité d’un vignoble à une vaste étendue d’eau peut avoir une grande influence sur la nature des vins qui y sont produits. 

Les régions de climat chaud comme l’Afrique du Sud, l’Australie, le Chili et la Californie sont à même de cultiver des cépages de climat frais de haute qualité, comme le pinot noir et le chardonnay, grâce à la proximité d’un océan dont les brises et les brouillards rafraîchissants tempèrent le climat. Les rivières et les fleuves peuvent aussi avoir un effet considérable sur les vignobles, car le reflet du soleil sur l’eau accroît leur exposition au soleil. Cela contribue au mûrissement du raisin et au développement des saveurs et permet à la vigne de s’épanouir dans les secteurs frais, comme les célèbres vignobles escarpés vertigineux de la Moselle, en Allemagne. Les courants océaniques froids, comme le courant de Humboldt qui remonte de l’Antarctique pour longer la côte du Chili, peuvent aussi avoir un effet considérable sur la viticulture. Ces courants entraînent des poussées d’air frais et des brouillards rafraîchissants au contact entre l’air froid de l’océan et l’air plus chaud de l’intérieur du continent. Les grands lacs, comme le lac Ontario, emmagasinent la chaleur du soleil pendant les mois d’été pour la relâcher pendant l’hiver, modérant ainsi l’effet du froid. En contrepartie, pendant les mois chauds de l’été, l’air frais des lacs et océans rafraîchit la température du continent.

 

« La vigne réussit à pousser dans presque toutes les conditions, mais force est de constater que la vigne qui pousse dans des conditions difficiles est celle qui engendre les meilleurs vins. »
Un aspect important

L’aspect le plus important de la culture de la vigne est l’ensoleillement, car c’est l’énergie solaire qui est à l’origine de la photosynthèse.

Cependant, trop de soleil produit des raisins surmûris, mais peu de soleil donne des raisins qui manquent de saveur. La topographie d’une région détermine le degré d’ensoleillement des vignobles. Dans les montagnes, les collines onduleuses et les vallées, il y a de nombreux coins et recoins qui créent une multitude de mésoclimats au sein d’un même secteur, voire d’un même vignoble. Selon les conditions, les différences d’aspect, c’est-à-dire d’ensoleillement, peuvent être très importantes ou très discrètes, mais il y aura toujours un effet. Les vinificateurs peuvent tirer profit de ces différences pour créer des vins tout à fait uniques. L’assemblage de raisins de divers secteurs permet aussi aux vinificateurs de combiner, par exemple, la souplesse et le caractère fruité des raisins d’un vignoble à la puissance et à la concentration des raisins d’un autre secteur.

 

Retour à la terre

Si nous sommes effectivement ce que nous mangeons, nous pouvons aussi penser que le vin est le reflet de son terroir.

La composition du sol détermine le profil gustatif d’un vin et sa qualité d’ensemble. Le producteur doit tenir compte d’un grand nombre de facteurs lorsqu’il plante la vigne (dont les trois mentionnés ci-dessus). La profondeur du sol, sa richesse (plus le sol est pauvre, plus le vin s’en porte bien), son drainage, sa texture et sa composition ne sont que quelques facteurs qui influent sur la personnalité d’un vin. Plus les racines de la vigne doivent s’enfoncer dans le sol pour puiser eau et nutriments, plus le vin montrera de finesse. Différents sols emmagasinent et reflètent la chaleur de manière différente. Ces propriétés peuvent avoir une grande influence sur le mûrissement du raisin, car elles amoindrissent les écarts de température entre le jour et la nuit.

 

LES DIFFÉRENTS TYPES DE SOL

Les sols sablonneux ont un excellent drainage et retiennent bien la chaleur. Ils engendrent des vins hautement aromatiques, peu tanniques et d’une couleur plus pâle.

Les sols argileux
 sont frais et retiennent l’humidité. Ils produisent des vins très structurés qui se veulent profondément colorés et savoureux.

Les sols limoneux
 emmagasinent l’eau et la chaleur et peuvent être très fertiles. Les vins tirés de sols limoneux tendent à être souples, mais d’une acidité plus faible.

Les sols graveleux
 offrent un bon drainage, absorbent bien la chaleur et poussent la vigne à produire de longues racines pour puiser les nutriments. Les sols de gravier sont particulièrement indiqués pour la culture du cabernet sauvignon.

Les sols calcaires
 peuvent contenir de fortes  concentrations de fossiles, de vestiges de vie  marine et ils sont parfaitement adaptés à la culture du chardonnay et du pinot noir, comme  le démontrent les sols de la Côte d’Or.

Les sols crayeux
 sont frais et bien drainés.  Leur haute teneur en calcium les rend alcalins et ils engendrent des vins d’une forte acidité.

Les sols volcaniques
 sont forts en minéraux et ils offrent un excellent drainage.

Voir plus haut...

La célèbre région de la Moselle en Allemagne, l’une des plus légendaires pour le riesling, illustre merveilleusement l’interaction de ces quatre facteurs dans le vignoble.

La Moselle est une région septentrionale très fraîche et ses vignobles sont cultivés sur des pentes abruptes qui longent un cours d’eau. La pente donne à la vigne une exposition maximale au soleil permettant au raisin de bien mûrir. Le reflet du soleil sur la rivière ajoute aussi à l’ensoleillement du vignoble. Les différences d’exposition et d’altitude font que le raisin mûrit et est récolté à différents moments de la saison. C’est pourquoi le riesling allemand se décline en différents styles, selon la sucrosité du raisin : Kabinett, Spätlese, Auslese, Beerenauslese, Eiswein et Trockenbeerenauslese. Les sols de la région sont composés de deux types d’ardoise : l’ardoise bleue, qui donne des tonalités florales aux vins, et l’ardoise rouge, qui engendre des rieslings plus riches.

Tenez-vous au courant!

Abonnez-vous dès aujourd’hui.

 

Soyez parmi les premiers à être informés des nouveaux produits, offres spéciales, événements virtuels et plus encore. 

Faites connaissance avec Vintages!