Tonique, le gin!

Le Mexique nous a donné la tequila. La Russie a perfectionné la vodka. Quant au gin, c’est en Grande-Bretagne qu’il a acquis ses lettres de noblesse. Voici donc comment les Anglais ont fait connaître le gin avant de déclencher sa renaissance actuelle.

UK Flag

Au risque de vous étonner, sachez que le gin n'a pas été inventé par les Britanniques. Il a toutefois été perfectionné en Angleterre avant sa diffusion à l’échelle de la planète. À l'heure actuelle, le Royaume-Uni est le plus gros exportateur de gin du monde.

 

L’histoire commence il y a des lustres, à l’époque où les Néerlandais importaient le genièvre d’Écosse pour produire une eau-de-vie appelée Genever, ancêtre du gin. Au XVIIe siècle, les soldats anglais ramenèrent au bercail cette boisson qu’ils baptisèrent « gin ». Au fil des siècles, les Britanniques continuèrent de peaufiner le gin.

 

À présent, cette boisson peut s'enorgueillir d’une tradition incroyablement riche. Les distilleries artisanales poussent comme des champignons du nord au sud des îles Britanniques, des Shetland aux Cornouailles. On dénombre 315 distilleries de gin au Royaume-Uni, une prolifération favorisée par une poussée de la demande. De plus, des lois adoptées il y a une dizaine d’années ont élargi le nombre de distillateurs autorisés en diminuant la taille minimum de leurs alambics. En cinq ans, le nombre de distilleries en exploitation a doublé. Même les distillateurs écossais et irlandais, normalement connus pour leurs scotchs et leurs whiskeys, se lancent dans la production de gin.

 

Qu’est-ce qui propulse cette innovation au Royaume-Uni? Le nombre croissant d’amateurs qui n’ont pas peur de la nouveauté. Pour satisfaire leur palais exigeant, les distillateurs britanniques produisent quantité de gins faits de plantes inusitées, allant du varech écossais à la fleur de sureau anglaise. Avec une telle prolifération de saveurs et de styles, on a l’embarras du choix. Et on ne s’en plaindra pas!


Distillation

L’histoire du gin britannique est aussi forte et étonnante que le spiritueux lui-même. Voici quelques moments marquants de cette fresque épique, déclenchée par le roi Guillaume d'Orange et poursuivie par les soldats qui ont concocté le premier gin-tonic.

1689 Racines royales

Le roi Guillaume d’Orange prohibe l’importation de brandy français et dérèglemente l’industrie des spiritueux en Angleterre, donnant l’impulsion à la production du gin.

1743 La folie du gin

Les Britanniques s’entichent du gin, dont la consommation augmente en flèche. À Londres, un logement sur quatre dispose alors d’un alambic pour produire du gin.

1757 Le désamour

La hausse des prix du grain met fin à l’engouement des Anglais pour le gin.

1840 Le grand retour

Le gin redevient populaire pendant le règne de la reine Victoria. Plus de 5 000 établissements luxueux, les « gin palaces », ouvrent leurs portes à Londres.

1850 À la vôtre, mon capitaine!

Les soldats britanniques en poste aux Indes doivent prendre un tonique contre la malaria, dont ils atténuent le goût amer avec du gin. Le gin-tonic est né.

1867  Une dose de citron vert

Pour lutter contre le scorbut, les marins britanniques prennent une dose quotidienne d’agrumes. Une bonne raison d'ajouter une rondelle de citron vert à son gin-tonic!

2009  Les artisans des temps modernes

Pour la première fois depuis 1820, un alambic en cuivre produit du gin artisanal à Londres, à la distillerie Sipsmith. C’est le début d’une nouvelle aventure pour le gin.