L'ascension fulgurante du whisky japonais

L'ascension fulgurante du whisky japonais

Nous vous invitons à découvrir le secret bien gardé des experts du whisky : les single malts et les assemblages japonais valent leur pesant d’or.

Le whisky japonais commence enfin à être apprécié à sa juste valeur hors de la péninsule. Les experts savent depuis au moins 15 ans que le pays du Soleil levant produit des spiritueux de grande qualité. En effet, ils ont déjà salué les meilleurs whiskys nippons en 2003, quand le Yamazaki 12 ans d’âge de Suntory a remporté l’or à l’International Spirits Challenge. L’émerveillement s’est généralisé l’année suivante, lorsque le Hibiki 30 ans d’âge a remporté le même prix avant de rafler ceux du single malt et de l’assemblage aux World Whisky Awards de 2008. Enfin, six ans plus tard, le gourou du whisky Jim Murray couronnait le Single Malt Yamazaki 2013 Finition en fût de xérès au sommet de son classement international. Et voilà : le whisky japonais était enfin reconnu à sa juste valeur.

 

Des racines écossaises

L’histoire du whisky japonais est en fait celle d’un homme, Masataka Taketsuru, « père du whisky japonais ». Voulant s’initier à la distillation occidentale, il s'expatrie en Écosse dès 1918 pour y étudier la chimie organique. Fasciné par l’art du whisky, il fait ses premières armes dans plusieurs distilleries écossaises, où il apprend les secrets du métier.

 

Les pionniers du whisky

De retour en son pays natal, Taketsuru a contribué à la création d’une entreprise qui deviendra Suntory, le futur géant des spiritueux. Il fonde ensuite sa propre maison, Nikka, destinée à devenir la grande rivale de Suntory. Ces deux distilleries dominent toujours la production du whisky nippon, mais d’autres font des incursions dans ce marché en pleine croissance.

 

Notes de dégustation

Par ses saveurs, le whisky japonais trahit son origine écossaise. Certaines distilleries se servent d’orge maltée et de tourbe importées d’Écosse pour créer des styles évoquant les légendaires spiritueux gaéliques. Les interprétations japonaises se démarquent par leur finesse et leur complexité, avec une rondeur mielleuse. Leurs arômes tourbeux sont marqués d’un subtil caractère fumé. Certains amateurs estiment donc que les whiskys japonais ont un caractère similaire à celui des scotchs du Speyside et des Lowlands. À l’instar de son grand frère écossais, le single malt du Japon se déguste nature ou sur des glaçons.

 

Cela vous donne le goût de découvrir le whisky japonais? Commencez ici.