Le nouveau monde du vin

On se laisse facilement intimider par les règles et les rituels qui régissent le monde du vin plutôt que de se fier à sa propre intuition et à son goût pour découvrir ce que l’on aime vraiment. Heureusement, de nos jours, tout est permis (ou presque), et nombre de vieux mythes sont mis à mal par l’industrie moderne du vin. Par exemple, êtes-vous convaincu qu’un bouchon de liège conserve mieux le vin qu’une capsule?  À moins de vouloir garder un vin plusieurs années au cellier, les capsules à vis et les bouchons amovibles d’aujourd’hui préservent la qualité de nombreux vins convoités, dont d’innombrables vins VQA de l’Ontario. Vous associez encore le vin rouge aux viandes rouges et le vin blanc aux viandes blanches? Pas les sommeliers!  La plupart d’entre eux n’hésitent plus à recommander un bourgogne blanc ou un chardonnay crémeux avec un bifteck, ou un pinot noir avec la volaille (ou un rosé avec toutes sortes de mets). Si vous servez les vins rouges à la température ambiante, sachez qu’il y a actuellement consensus sur le fait que plusieurs vins rouges sont meilleurs servis frais. Essayez de mettre vos vins rouges 30 minutes au réfrigérateur avant de les servir et, dans le même ordre d’idées, sortez vos vins blancs 30 minutes avant de les servir pour qu’ils soient frais, et non glacés. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises manières de déguster le vin, mais voici dix nouvelles idées pour vous aider à découvrir ce qui est nouveau, excitant et vaut la peine d’être essayé.

 

 Par Charlene Rooke


1. Variations sur le taux d'alcool

Les populaires « bombes fruitées » que sont certains vins rouges costauds peuvent titrer jusqu’à 15 % alc./vol. Une nouvelle gamme de rouges complexes et savoureux, mais un peu moins alcoolisés, fait cependant son apparition. Parmi ces derniers figurent des vins d’Amérique du Sud, comme le Malbec Fair Trade Trivento, révélant de généreuses nuances de fruits noirs et un soupçon d’épices, et titrant seulement 12,5 % alc./vol. Le Merlot Jackson-Triggs est un autre exemple, un vin corsé et fruité dont le taux d’alcool n’est que de 12 %. Bon nombre de vins blancs (y compris les blancs de climat frais qui font la renommée de l’Ontario) affichent un taux d’alcool naturel peu élevé. Pensez aux rieslings allemands demi-secs, aux sauvignons blancs comme celui de Rémy Pannier titrant 11,5 %, aux vins blancs hypocaloriques comme le Chardonnay Skinnygrape, dont le taux d’alcool est de seulement 7,5 %, ou aux mousseux italiens comme les moscatos (titrant généralement moins de 10 %) ou le Brachetto d’Acqui Viticolitori Acquesi, qui affiche un taux d’alcool de 6,5 %.

 

2. La nature fait bien les choses

Les amateurs de vin avertis savent que les termes « pourriture noble » (le champignon pouvant détruire des récoltes ou produire des vins de dessert convoités) et « basse-cour » (odeurs animales ou végétales, souhaitées ou redoutées, que donnent au vin les levures brettanomyces) peuvent en fait être des qualités recherchées. De la même manière, des vins non filtrés ou légèrement oxydés – qui autrefois méritaient d’être retournés – pourraient au jourd’hui exprimer précisément l’intention du vinificateur. Bien que les vins dits naturels produits avec le moins d’intervention possible peuvent être très imprévisibles d’une année à l’autre ou d’une cuvée à l’autre, ces vins authentiques au goût rustique sont de plus en plus populaires. Explorez-les en commençant par des vins de qualité constante, comme le Cabernet Sauvignon Bonterra et le Chardonnay Bonterra de la vinerie biologique Bonterra, en Californie. Ce vignoble du comté de Mendocino évite le recours aux pesticides et favorise les solutions naturelles, par exemple, en utilisant des oiseaux et des moutons pour se débarrasser des mauvaises herbes et des insectes, et en semant des plantes de couverture comme du trèfle incarnat et de la lavande pour attirer les abeilles et nourrir le sol. Arrivez-vous à percevoir le résultat de tous ces soins dans le goût du vin?


3. Le retour du doux

Il fut un temps où le vin doux était à éviter comme la peste. Aujourd’hui, la douceur peut être une qualité recherchée dans un vin, pourvu qu’il soit doté d’acidité, de tanins ou d’autres qualités qui confèrent un équilibre à l’ensemble. Pour repérer ces vins sur le site LCBO.com ou au moyen des étiquettes d’étagère, recherchez ceux dont le descripteur de sucrosité est DD (demi-doux) ou DS (demi-sec) et dont le descripteur de style comprend le mot « fruité ». Essayez un vin tendance de l’ancienne Géorgie : Alazanis Valley United Stars de la Kakhétie, est un vin rouge demi-sec issu du saperavi, un cépage acidulé. Le Symphony Obsession Ironstone quant à lui, avec ses arômes tropicaux et ses nuances acidulées bien équilibrées, change agréablement des vins blancs secs et minéraux.

4. Durabilité

Depuis les méthodes de production requérant moins de produits chimiques et moins d’eau jusqu’aux solutions d’emballage plus écologiques (la « bouteille du Canada » en verre plus léger de la LCBO est une référence à l’échelle internationale), le monde du vin tend à réduire son empreinte écologique. Entrez dans la danse avec le Chardonnay Biologique Cono Sur produit par une maison certifiée carboneutre, ou avec le Sangiovese Biologique Ciao, vendu dans une brique Tetra Pak légère et recyclable. Les maisons Tawse et Southbrook, en Ontario, produisent des vins naturels issus de l’agriculture biologique et biodynamique. Et comme la plupart des vineries ontariennes produisant des vins VQA, elles participent au programme de vinification durable Sustainable Winemaking Ontario.

5. Le rosé en tout temps

Le rosé n’est plus seulement un vin que l’on sirote en été. Les amateurs de vin ont découvert son large éventail de styles plus secs, et sa grande polyvalence à table est très appréciée tout au long du repas. Puisque la couleur ou même le pays d’origine du vin n’influencent pas toujours son goût, lisez l’étiquette pour avoir une idée des cépages qui le composent. Un rosé issu du garnacha (grenache) sera demi-sec et ses saveurs feront de bons accords avec le goût affirmé des mets mexicains, indiens et thaïlandais. Le pinot noir apporte une acidité qui vient équilibrer de façon élégante les vins rosés secs, lesquels s’harmonisent ainsi à merveille avec de nombreux plats de volaille et de poisson. Les rosés à base de sangiovese ou de syrah révèlent des nuances épicées et s’entendent bien avec les mets gras et crémeux, qu’il s’agisse de plats de viande ou de pâtes. Plusieurs rosés sont des assemblages de différents cépages – dégustez-en quelques-uns pour découvrir ceux que vous préférez.


6. Feuille de route

Il arrive que l’on doive choisir rapidement des vins sur les étagères ou à partir d’une liste. Voici un guide des régions et des styles de vin branchés, ainsi que de nouvelles règles générales pour sélectionner vos vins sans crainte.

COULEUR ET PAYS :

En cas de doute, choisissez des blancs espagnols (comme des albariños), des rosés français et des rouges américains (de la Californie pour les cépages et les assemblages plus affirmés, et de l’Oregon pour le pinot noir) – une règle extrêmement simplifiée avec laquelle on se trompe rarement.

DES BLANCS FABULEUX :

Recherchez les vins blancs portugais de la région du Douro et ceux issus de l’aligoté, un cépage de base, maintenant un cépage vedette, dans les assemblages blancs de Bourgogne.

DES VINS ALLEMANDS ET AUTRICHIENS TENDANCE :

Tout le monde sait que le riesling allemand et le grüner veltliner autrichien donnent des vins polyvalents à table : surveillez maintenant le riesling autrichien, le prochain cépage à la mode.

C’EST BÉTON :

De grosses cuves de vieillissement en béton de forme ovoïdale rivalisent maintenant avec les fûts de chêne et les cuves en inox. Recherchez cette information sur les étiquettes et sur le Web.

RACCOURCI RÉGIONAL:

Le Val de Loire, dans le centre de la France, est aujourd’hui une région chouchou du monde vinicole pour ses blancs comme le chenin blanc, ses rouges légers et ses rosés à base de gamay.

TERME ACCROCHEUR

« Vin de soif » est un terme que les sommeliers utilisent pour qualifier un vin léger et facile à boire, seul ou à table.


7. Sur l'étiquette

La jolie étiquette indique tout ce que l’on doit savoir – et maintenant, la contre-étiquette comporte souvent, elle aussi, une foule de renseignements.

A

Information sur l’élevage.

B

Suggestions pour le service et les accords.

C

Indication de la région d’où provient le vin.

D

Des notes sur la philosophie ou les pratiques du producteur.

E

L’importateur ou le distributeur (leurs autres vins pourraient correspondre à vos goûts).

F

Renseignements sur les cépages.

G

Des coordonnées comme une adresse courriel, une adresse URL ou un code QR.


8. Vin et haute technologie

Les vinificateurs utilisent des drones ainsi que des systèmes d’arrosage commandés par tablette dans les vignobles. À votre tour d’utiliser à la maison les nouvelles technologies au service du vin. Des applications, comme Vivino et Wine Ring, gardent en mémoire toutes sortes de renseignements sur le vin; le Sonic Decanter et le Ullo sont deux accessoires qui pourraient mettre en valeur le goût du vin, et le Coravin (yongestreetwinery.com) permet de boire le vin, un verre à la fois, tout en protégeant le reste de la bouteille de l’oxydation.

9. Des mousseux de tous les jours

Le temps et le travail intensif que demande la méthode traditionnelle de fermentation en bouteille justifient le prix du champagne. Toutefois, grâce à l’engouement des vinificateurs pour la méthode Charmat, une méthode de fermentation en cuve close (depuis longtemps utilisée pour le prosecco), il n’est plus nécessaire d’attendre les grandes occasions pour trinquer au mousseux. Essayez le Lily VQA Colio Wines ou le Secco VQA Pelee Island, deux mousseux ontariens.

10. Le vin dans les cocktails

Les vins aromatisés (comme le vermouth) et les vins fortifiés (comme le xérès) ont longtemps été des ingrédients essentiels à la préparation de cocktails élaborés. Le vin est maintenant une véritable vedette du bar à cocktails, que l’on pense à la sangria, aux cocktails au champagne, aux vins panachés ou au New York Sour.