" "

L'art du vieillissement du rhum

Inspirés par les vinificateurs de xérès, de plus en plus de distillateurs adoptent la méthode d'élevage en solera.

La majorité du rhum nous vient des pays tropicaux, là où on cultive la canne à sucre. Toutefois, au moment du vieillissement, certains distillateurs s'inspirent de la méthode de solera, une technique conçue en Espagne par les vinificateurs de brandy et de xérès.

 

Le système d'élevage en solera traditionnel consiste à assembler des spiritueux jeunes et vieux à mesure qu'ils vieillissent. Les fûts sont placés en rangées et superposés à la verticale. La rangée du bas, appelée solera (qui signifie « au sol »), contient les rhums les plus anciens. La rangée du milieu, appelée première criadera (l'« élevage »), contient le rhum de niveau intermédiaire, et la rangée supérieure, appelée seconde criadera, contient les rhums les plus jeunes.

 

Conformément au principe de la solera, une portion du rhum est soutirée des fûts de la rangée du bas lorsqu'il est prêt à être embouteillé. Puis, une portion égale de rhum de la rangée du milieu vient combler le fût de la solera, et ainsi de suite, jusqu'à ce que la rangée de fûts du haut soit à son tour remplie de nouveau rhum qui poursuivra son processus de vieillissement.

 

Les amateurs sont d'avis que ce système produit le meilleur rhum qui soit, parce que les rhums plus jeunes adoptent les caractéristiques des plus anciens, ce qui engendre un équilibre de saveurs plus puissant que la somme de ses parties. Puisque c'est le maître-assembleur qui décide du moment d'extraire les rhums de leur fût afin d'obtenir la complexité et la régularité désirées, cette méthode peut donner lieu à des assemblages vraiment exceptionnels. « Le but est de créer un spiritueux inédit et différent, déclare Miguel Riascos, distillateur de rhum de troisième génération à la distillerie colombienne La Hechicera. Chaque artisan adapte sa technique, et c'est ce qui rend cette industrie si merveilleuse. »