Centre des médias

Document d'information sur les spiritueux 1 of 2 

7 octobre 2013   14 h 03 HE


Quelques chiffres

Les spiritueux forment la catégorie de produits la plus vaste et la plus lucrative de la LCBO. Au cours de l'exercice 2012-2013, les ventes nettes de spiritueux et de boissons prêtes à boire ont atteint 1,97 milliard de dollars, ce qui représente une hausse de 2,4 % par rapport à l'exercice précédent. Cette catégorie compte pour plus de 40 % du chiffre d'affaires de la LCBO. Pour mettre cela en contexte, la catégorie des vins représente quant à elle 39 % (1,89 milliard de dollars) du chiffre d'affaires et celle des bières, 21 % (1,02 milliard de dollars).

Pendant l'exercice 2012-1313, les ventes de whiskys se sont placées en tête de la catégorie (600 millions de dollars), suivies par celles des vodkas (465 millions de dollars), des rhums (259 millions de dollars), des liqueurs (227 millions de dollars), des boissons prêtes à boire (184 millions de dollars), des brandys/cognacs (85 millions de dollars), des gins (63 millions de dollars) et des tequilas (42 millions de dollars). Le reste des ventes (46 millions de dollars) comprenait les produits hors taxes, les commandes privées et tous les autres spiritueux (eaux-de-vie, boissons kasher, soju et shōchū).

Tendances générales

La vodka est actuellement le segment des spiritueux dont la croissance est la plus forte. Ses ventes ont atteint 465 millions de dollars en 2012-2013 (hausse de 2,8 %). Cette croissance est stimulée par les vodkas de qualité supérieure, de luxe et aromatisées. Au cours de l'exercice 2012-2013, les ventes de vodkas très haut de gamme (de 27 $ à 29,95 $) ont représenté 5,9 millions de dollars, soit une croissance de 56,9 % sur 12 mois. Celles des vodkas de qualité supérieure (de 25,45 $ à 26,95 $) ont totalisé 279 millions de dollars (croissance de 2,1 %) et celles des vodkas de luxe (plus de 30 $), 43 millions de dollars (croissance de 4,8 %). Le sous-segment des vodkas aromatisées a progressé de 9,5 % sur 12 mois (ventes de 36 millions de dollars). Les ventes de vodkas ordinaires se sont élevées à 99 millions de dollars, soit une baisse de 0,4 % sur 12 mois.

Le whisky continue d'être un des segments les plus vastes et les plus lucratifs pour la LCBO. Au cours de l'exercice 2012-2013, ses ventes ont atteint 600 millions de dollars (30 % des ventes de spiritueux et boissons prêtes à boire) et enregistré une impressionnante croissance de 2,6 % qui a été dynamisée par les whiskys importés (hausse de 6 %). Le whiskey irlandais et le bourbon ont beaucoup fait parler d'eux dans les médias, ce qui a stimulé l'intérêt du consommateur. Perçues comme étant particulièrement tendance, ces boissons s'attirent la prochaine génération d'amateurs de whisky. Par rapport à 2011-2012, les ventes de whiskeys américains ont progressé de 10,3 % et celles des whiskeys irlandais, de 19,3 %. Le whisky canadien domine toujours les ventes de whiskys et représente un pourcentage important (12,5 % en 2013) des ventes de spiritueux.

La tequila, un autre segment en plein essor, a connu une année exceptionnelle en 2012-2013. Elle a affiché une croissance de 9,3 % par rapport à l'année précédente pour atteindre un chiffre d'affaires de 41,7 millions de dollars. Sa croissance continue d'être propulsée par les tequilas de qualité supérieure entièrement élaborée à partir d'agave.

Tendances saisonnières

Les ventes de spiritueux ont un caractère saisonnier. Environ 23 % des ventes de spiritueux bruns (whiskys, liqueurs et brandys/cognacs) ont lieu pendant la période des fêtes de fin d'année. C'est à ce moment que sont réalisées 40 % des ventes de cognacs XO et environ 45 % des ventes enregistrées au Rayon whisky (l'explication se trouve plus bas, sous Promotion des spiritueux). Pour ce qui est des spiritueux blancs, le consommateur recherche pendant les Fêtes des vodkas de qualité supérieure et de luxe comme la Grey Goose et la Belvedere. Il est également friand des nouvelles vodkas aromatisées à caractère saisonnier comme la S’Mores de Three Olives et la Stolichnaya parfumée au chocolat et à la framboise.

Les rhums bruns, particulièrement ceux de qualité supérieure et de luxe, voient aussi leurs ventes progresser pendant les Fêtes. Cela est en partie attribuable au fait qu'ils sont utilisés en pâtisserie et pour créer des boissons saisonnières comme le lait de poule. Notons en outre que le rhum est devenu un objet de collection : les connaisseurs attendent avec impatience les vieux rhums au caractère unique provenant de différents pays.

Environ 40 % des ventes de spiritueux ont lieu l'été. Cette année, ce sont la tequila et le gin qui ont donné le ton de la tendance. Au cours des quelques dernières années, le segment de la tequila a enregistré une croissance moyenne d'environ 9 % stimulée par le plus grand nombre de produits de luxe et ultra haut de gamme mis sur le marché en Ontario. Ces nouvelles boissons de haute qualité sont faites pour être sirotées nature ou pour créer de très fins cocktails.

Le gin connaît une renaissance depuis que le consommateur découvre ses versions plus complexes. Ses ventes ont surpassé celles de tous les autres spiritueux blancs (croissance de 6,7 % sur 12 mois), notamment grâce aux gins de qualité supérieure (croissance de 12 %) et aux gins de luxe (un segment très petit, mais qui commande le respect avec une croissance de 28 %). Le consommateur commence à voir la profondeur que confèrent aux cocktails les plantes qui composent le gin et à redécouvrir les cocktails classiques réalisés à partir de ce spiritueux.