Parlez à vos enfants au sujet de l'alcool.
 

Quelques conseils pour parler à ses enfants


Écouter d’abord
Toute communication efficace se fonde sur une écoute attentive. Si vous avez des enfants, il importe de prendre le temps de les écouter, surtout lorsqu’ils ont envie de parler. Si vous leur demandez de patienter quelques instants, vous risquez de briser leur élan. Quand ils sont prêts à converser et à s’ouvrir, interrompez vos activités et concentrez-vous sur leurs propos.

Savoir écouter

·

Posez des questions ouvertes qui encouragent la conversation. Demandez à vos enfants leur avis sur une situation ou un sujet donné : « Que penses-tu de cela ? » « Quelles choses intéressantes as-tu apprises à l’école aujourd’hui ? » « Qu’est-ce que tu as fait pour te divertir aujourd’hui ? », etc.

·

Évitez les questions auxquelles les enfants ne répondent que par un oui ou un non.

·

Faites en sorte que vos enfants voient bien que vous essayez de comprendre leur point de vue.

·

Répétez ce que vous croyez avoir entendu.

·

Admettez l’existence des sentiments de vos enfants. Par exemple, vous pouvez dire ce qui suit : « Je sais que ce n’est pas facile pour toi de parler de cela. Je suis content que tu aies essayé d’en parler et je suis toujours prêt à t’écouter. »

·

Songez au langage corporel. Les hochements de tête et les contacts visuels révèlent à vos enfants que vous les écoutez.

Types de réponses qui prouvent que vous écoutez vos enfants et que vous encouragez la conversation

·

« J’ai l’impression que tu es en train de dire... »

·

« Est-ce que tu veux dire que... »

·

« Quand cela m’arrive, j’ai envie de... Éprouves-tu la même chose ? »

·

« Je ne comprends pas trop ce que tu es en train de dire. Peux-tu reprendre du début ? »

Que devez-vous dire ?
Vous avez écouté et vous voulez maintenant alimenter la conversation. Vous devriez peut-être trouver les mots, le moment et le lieu les plus propices pour entretenir la conversation.

Prendre le temps de converser
L’aménagement de pauses réservées exclusivement à la conversation avec vos enfants favorise au plus haut point les échanges. Il n’est pas nécessaire que ces pauses soient longues. Une promenade à pied ou une ballade en voiture peuvent favoriser et faciliter les échanges spontanés. Ces situations vous offrent aussi la possibilité d’écouter votre enfant. (Voir la section « Moments d’apprentissage privilégiés ».) N’oubliez pas que si votre enfant n’a pas l’habitude de s’ouvrir et de se confier à vous, vous ne devez pas le forcer. Soyez patient.

Conversation personnelle
Si vous avez plus d’un enfant, essayez de les rencontrer séparément – même si le thème de la conversation est le même. Les enfants d’âges différents ont souvent atteint des degrés de maturation distincts. Leurs besoins de renseignements varient. Et comme leurs sensibilités sont différentes, vous devez adapter votre langage à leur niveau de compréhension. Souvent, les enfants plus âgés domineront la conversation; les plus jeunes hésiteront alors à exprimer leur point de vue.

Adoption de règles claires
Exprimez clairement votre opinion à vos enfants. Dites-leur carrément que vous ne voulez pas qu’ils prennent de l’alcool. Il leur sera plus facile alors de transiger avec leurs camarades qui veulent qu’ils prennent de l’alcool. Voici quelques exemples de règles que les spécialistes en compétences parentales recommandent :

·

« Si tu es à une fête et que tu vois tes amis prendre de l’alcool ou de la drogue, je veux que tu partes. Téléphone-moi et j’irai te chercher. »

·

« Je pense que je ne t’ai jamais dit que je ne voulais pas que tu prennes de l’alcool, que tu fumes des cigarettes ou de la mari, ou que tu prennes des drogues illicites. »

·

« Je t’aime et je veux ton bien. Voilà pourquoi je ne veux pas que tu prennes de l’alcool. »

·

« La règle dans cette maison est simple : les enfants ne prennent pas d’alcool. »

Amorcez ensuite la conversation.

Réponses que vos enfants peuvent faire à leurs amis
Parfois, les parents doivent fournir à leurs enfants les explications et réponses nécessaires pour les empêcher de se retrouver dans des situations délicates. Les enfants apprennent ainsi à penser d’eux-mêmes. Demandez-leur comment ils réagiraient dans telle ou telle situation. Voici des exemples de réponses que vos enfants peuvent donner à quelqu’un qui leur offre de l’alcool :

·

« Non merci. Ce n’est pas pour moi. »

·

« Pourquoi je prendrais quelque chose qui va ruiner ma soirée ? Je m’amuse bien comme je suis. »

·

« Tu blagues ? Pourquoi ferais-je quelque chose d’aussi con ? »

·

« Pas question. C’est stupide de prendre de l’alcool. »

·

« Impossible. Faut que je rentre. »

·

« Peux pas. J’ai un examen important demain. »

·

« Cela ne vaut pas la peine. J’ai déjà essayé et j’ai tout vomi. »

·

« C’est illégal. Je ne veux pas avoir de problèmes. »

·

« J’ai un match important demain. »

·

« Je pourrais être expulsé de l’équipe si on constatait que j’ai pris de l’alcool. »

Scenarios
Vous pouvez juger très utile d’élaborer des scénarios et de les interpréter avec vos enfants. S’ils ont déjà répété ce qu’ils doivent dire et faire dans une situation délicate, ils seront mieux préparés pour faire face à des situations réelles.

Adapté de Keeping Your Kids Drug-Free, a how-to guide for parents and caregivers, avec l’autorisation de la National Youth Anti-Drug Media Campaign.

Voir aussi

Programme Contrôle 25
Soutenir de bonnes causes